Savoir utiliser ses temps morts pour apprendre

Les temps morts sont des périodes durant lesquelles on n’est pas productif. C’est-à-dire qu’on ne fait rien d’important.

On trouve toujours un prétexte pour ne pas lire ou ne pas apprendre de nouvelles choses en disant qu’on n’a pas suffisamment de temps à cause de nos occupations quotidiennes. Mais est-ce que c’est vrai ?

Il y a toujours des temps morts pour apprendre

La vérité, c’est qu’on est obligé de vivre chaque jour des instants de non-productivité. Le cumul de ses instants peut être égal à des heures perdues durant la semaine.

Si on fait des petits calculs, on comprendra que ces temps morts nous permettent d’apprendre plusieurs choses lorsque nous maintenons un rythme.

Voici quelques exemples…

Les temps morts qu’on passe dans les moyens de transport

Le temps qu’on passe dans un moyen de transport (train, bus…) avant d’arriver à notre destination nous permet de faire quelque chose d’utile. On peut lire ce livre qu’on n’a jamais eu le temps de feuilleter, comme on peut continuer l’apprentissage d’une nouvelle langue.

Ces temps libres présentent l’avantage d’être réguliers. Dans notre exemple, l’attente dans un moyen de transport est une activité quasiment quotidienne pour la plupart des gens. Donc si on arrive à préparer un programme d’apprentissage durant ce temps, on aura besoin que de quelques jours (ou mois) pour commencer à voir la différence !

Les temps morts passés dans les salles d’attente

Le fait d’aller voir son médecin ne nous coûte pas seulement de l’argent, mais aussi du temps. On est toujours obligé d’attendre dans les administrations publiques ou dans les entreprises avant l’arrivée de notre tour. Si on calcule là aussi le temps moyen perdu, on trouvera qu’il nous permet vraiment de gagner une valeur ajoutée au lieu de ne rien faire.

Les temps morts qu’on passe sur les réseaux sociaux

C’est du temps perdu parce que la plupart des réseaux sociaux nous implique dans des activités inutiles plus que dans des activités utiles.

On n’est pas vraiment productif lorsqu’on est en communication instantanée avec des gens qu’on ne connaît pas sur Facebook ou Twitter. Et au lieu de passer des heures à commenter les publications des autres, on peut quitter les réseaux sociaux et essayer de suivre un planning d’apprentissage en ligne par exemple.

Quelques outils pour apprendre durant ces temps morts

Il existe plusieurs moyens qui peuvent nous aider à apprendre durant les temps morts. Par exemple :

Les plateformes d’apprentissage en ligne : s’inscrire dans une plateforme d’apprentissage en ligne est un moyen efficace pour lutter contre le gaspillage de temps. Ces plateformes sont conçues pour nous aider à bien tracer nos objectifs, comme elles nous permettent de planifier nos activités d’apprentissage. La plateforme Nuppio Learn en est un bon exemple.

Les applications mobiles e-learning : les applications sont aussi un moyen efficace pour apprendre n’importe où et n’importe quand. On a toujours accès à notre téléphone mobile, pourquoi donc ne pas l’utiliser à apprendre durant les temps morts ? Nuppio Learn se décline sur mobile pour profiter de contenus éducatifs pendant vos temps morts.

Les livres audio et les vidéos hors ligne : certains peuvent ne pas avoir une connexion internet en dehors de chez eux, mais ce n’est pas un problème. Il suffit de télécharger des livres audios ou des vidéos d’apprentissage afin de pouvoir les consulter dans les salles d’attente ou dans les moyens de transport, etc.

Enfin…

Il existe plusieurs outils pour apprendre durant les temps morts, chacun est libre d’opter pour l’outil le plus efficace pour lui. Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est qu’on a toujours le temps d’apprendre, même si nos plannings quotidiens semblent être trop chargés d’activités. La nouvelle technologie nous facilite encore les choses.

La gestion de projet : un facteur clé de succès des entreprises

La gestion de projet représente une compétence d’une grande importance non seulement pour les grandes entreprises mais aussi pour les individus dans la vie quotidienne.

Généralement tout ce qu’on peut imaginer dans la vie relève d’une façon ou d’autre d’un aspect lié à un projet.

La simple décision de partir en vacances par exemple nécessite la validation de plusieurs étapes. Au départ, il faut choisir la destination, son déroulement, les activités à faire et la date de fin.

On peut donc dire que l’organisation d’un voyage même personnel est un projet. L’élément clé qui fait la différence entre deux personnes : l’une ayant évalué l’expérience de son voyage comme mauvaise et l’autre comme amusante et réussie, c’est la méthode de gestion de projet qui a été adoptée pour chaque voyage.

Un profil nécessitant une formation spéciale

Sur le plan professionnel, les projets sont beaucoup plus complexes car ils sont réalisés dans un environnement incertain et sous plusieurs contraintes.

La capacité de gérer des projets n’est pas donnée à tout le monde ; c’est une mission qui exige un profil très spécial avec un certain nombre de qualités techniques et personnelles. C’est ce qui fait de la gestion de projet un métier d’une très grande importance.

Se donner le privilège de se former en gestion de projet relève d’une compréhension de son importance dans le monde actuel.

Savoir organiser et planifier des tâches, motiver l’équipe de travail et augmenter sa productivité puis évaluer les risques et atteindre un objectif final en respectant le budget et le délai de travail sont tous des étapes primordiales à valider pendant la gestion de n’importe quel projet.

C’est la méthode de gestion de projet qui permet d’effectuer ce travail en étapes. Elle permet aussi d’évaluer les résultats à la fin de chaque étape. Son importance réside dans le fait qu’elle permet au chef de projet d’effectuer une révision ou d’apporter des modifications en cas de besoin.

La gestion de projet et le marché du travail

La plupart des entreprises utilisent un outil informatique dans la gestion de leurs projets parce qu’il facilite les choses et donne des résultats plus précis et réduit même les marges d’erreur. C’est pour cela qu’il ne suffit pas d’avoir des notions générales sur le management de projet pour pouvoir occuper un poste de chef de projet par exemple.

Dans ce cas, il est recommandé d’avoir eu une formation professionnelle qui couvre l’aspect pratique en management de projet. Sans cette formation, occuper n’importe quel poste de gestion dans une entreprise ne peut pas être un objectif réussi.

En outre, les statistiques montrent que le chef de projet représente presque 75% des facteurs clés de succès d’un projet.

Avec en plus des taux d’échec dépassant la moyenne (livraison hors délai ou hors budget), les entreprises deviennent très exigeantes sur la question de choix d’un bon chef de projet parce qu’il est capable d’augmenter la productivité de l’entreprise comme il est capable de la détruire.

Pour aller plus loin, venez consulter les formations et les ressources éducatives en gestion de projet sur Nuppio Learn.

Mieux apprendre à travers les jeux éducatifs

Nous avons toujours associé l’apprentissage au sérieux, que ce soit à l’intérieur de l’école ou à l’extérieur. Les parents interdisent leurs enfants de passer beaucoup de temps devant les jeux vidéo parce qu’ils pensent que c’est une perte de temps.

Les jeux éducatifs et l’apprentissage

Actuellement, les jeux vidéo ne sont plus considérés comme un outil de distraction inutile. Une simple recherche sur Internet nous permettra de dégager une longue liste de jeux éducatifs (appelés aussi « jeux sérieux » en pédagogie) qui couvrent plusieurs domaines tels que : les mathématiques, les langues, la physique, la chimie, la géométrie…etc.

De cette façon, l’intégration des jeux éducatifs dans le domaine de l’enseignement présente un grand intérêt. Si les enfants aiment les jeux vidéo, il est donc très facile de les orienter vers l’apprentissage à travers des jeux éducatifs dont l’objectif est d’apprendre des règles, des connaissances ou de nouvelles compétences.

Le développement de la mémoire

On ne peut pas nier l’importance de la quantité l’information qu’on doit mémoriser dans un jeu vidéo pour pouvoir gagner. Par exemple, pour aider un enfant à mémoriser une leçon de l’histoire, il est plus facile de lui demander de jouer à un jeu éducatif où il serait amené à tester ses connaissances que de lui faire apprendre des textes de manière traditionnelle.

On prend toujours l’exemple de l’enfant parce que c’est lui qui commence son apprentissage en jouant, que ce soit avec des objets matériels ou devant un écran.

Le jeu éducatif n’est pas forcément un jeu vidéo. On peut apprendre en manipulant des objets matériels (les jeux de construction) ou en utilisant un stylo et une feuille (sudoku), l’essentiel, c’est l’implication directe de l’apprenant dans le jeu.

Mais pourquoi les jeux nous aident-ils à développer la mémoire ?

D’abord, il faut avoir une idée sur les caractéristiques générales d’un jeu. On trouve par exemple le principe de la répétition qui est le plus important puisqu’il permet au joueur de répéter la même procédure plusieurs fois jusqu’à la réussite. Et si cette répétition est possible dans le cadre d’un jeu, voire amusante, elle n’est qu’une tâche ennuyeuse dans le cadre de l’apprentissage traditionnel.

Des études pédagogiques sur la relation entre les jeux éducatifs (ou jeux sérieux) et l’apprentissage montrent des résultats encourageants dans trois domaines : l’acquisition d’une seconde langue, la prévention et la santé, et les apprentissages profonds. Les chercheurs indiquent aussi que les jeux éducatifs peuvent inciter à la réflexion et à la résolution de problèmes, et permettre d’apprendre.

Selon Constance Steinkuehler, un professeur associé des médias numériques à l’université de Wisconsin-Madison (États-Unis), les jeux sont vraiment difficiles. C’est pour cela qu’on peut considérer les jeux éducatifs comme un terrain très intéressant pour le développement du cerveau humain en toute liberté.

Les jeux éducatifs permettent aussi à l’apprenant de développer des capacités non-cognitives mais essentielles à la formation telles que la discipline, la patience et le respect des autres. Ces compétences étant difficiles à enseigner à l’école de façon traditionnelle.

L’utilité de la répétition pour créer une habitude

La plupart des méthodes d’apprentissage reposent sur la technique de la répétition parce qu’elle est très efficace et simple.

Si vous essayez de vous rappeler comment vous avez appris à conduire une voiture ou à parler une langue étrangère, vous allez découvrir que tout a commencé par la répétition ou la pratique périodique de quelques tâches.

En effet, quelle que soit la compétence que vous voulez maîtriser (simple ou difficile) vous ne pouvez pas vous passer de la répétition.

Une citation de l’auteur américain Zig Ziglar dit que : « La répétition est la mère de l’apprentissage et le père de l’action, elle est donc l’architecte de l’accomplissement. »

L’excellence n’est qu’une habitude

Il n’est pas difficile d’exceller dans n’importe quel domaine et devenir expert, surtout lorsqu’on arrive à bien définir les tâches clé qui nous permettent de maîtriser les choses.

Chaque métier, domaine ou spécialité peut être défini par un ensemble d’habitudes qu’on doit adopter de façon continue et graduelle pour l’apprendre.

La continuité est l’une des conditions de réussite de la technique de répétition. Il ne faut pas rompre ce processus et dire que la répétition ne fonctionne pas. C’est vrai que cette technique demande parfois beaucoup de temps, mais c’est pour cela qu’elle est efficace.

L’évolution graduelle est la deuxième condition. Cela signifie que les habitudes ne doivent pas garder un niveau constant durant tout le processus de l’apprentissage. Il faut les faire évoluer en termes de spécialité, de difficulté et de temps. Si par exemple, on commence l’apprentissage d’une langue par la répétition quotidienne d’un groupe de 6 mots, il faut augmenter ce nombre au fur et à mesure qu’on avance, et paramétrer le niveau de leur difficulté, parce que le cerveau est toujours capable de faire mieux. On ne peut jamais connaître les limites de nos capacités si on ne les approche pas.

Ce qui se passe dans le cerveau

La myéline est une substance qui sert à isoler et à protéger les fibres nerveuses. L’augmentation de l’activité cérébrale est la cause de l’augmentation de cette substance.

À chaque fois qu’on répète quelque chose, on déclenche un motif de signaux électriques à travers nos neurones. Nous pouvons dire avec certitude que cette substance augmente la vitesse et la force de l’influx nerveux qui semble utile pour l’apprentissage, mais pas exclusivement.

Comprendre son rôle d’isolant et d’accélérateur de la vitesse de propagation du potentiel d’action permet de comprendre pourquoi la répétition est si importante. Mais la quantité doit être accompagnée de la qualité afin d’arriver aux résultats souhaités. On ne peut pas répéter n’importe quoi et s’attendre à des résultats importants. C’est pour cela qu’on a parlé de la définition des habitudes clé de chaque domaine. Cette définition permet de sélectionner les habitudes les plus efficaces en rejetant les moins efficaces. Dans tous les cas, l’objectif est d’optimiser la performance en gagnant du temps.

Les 5 meilleurs conseils pour apprendre le français

Vous n’avez probablement pas besoin de lire toute une liste de raisons pour mieux apprendre le français, parce que cette langue est très utilisée dans plusieurs domaines qui touchent votre vie personnelle ou professionnelle.

Pourtant, il convient de rappeler que le français est la 5e langue la plus parlée dans le monde. Elle est la seule, avec l’anglais, à l’être sur les cinq continents. Avec plus de 125 millions d’apprenants dans le monde, sans compter bien sûr les apprenants autodidactes.

C’est pour cette raison que nous vous avons préparé 5 conseils pour mieux apprendre le français.

Conseil n°1 : intégrez le français dans votre vie quotidienne

Le français ne doit pas être un simple sujet à apprendre quand vous voulez et à oublier quand vous ne le voulez pas. Si vous cherchez à vous améliorer en français, vous devez plutôt l’intégrer dans votre vie quotidienne. Cela peut se faire à l’aide d’un ensemble de pratiques simples mais utiles, par exemple :

  • Écouter des chansons françaises
  • Écrire des mots/phrases en français quotidiennement
  • Visiter les blogs français et lire quelques articles
  • Utiliser un carnet personnel dédié à l’apprentissage du français, etc.

Ce sont des pratiques à la portée de tout le monde et qui auront un effet très positif sur votre performance en français.

Conseil n°2 : faîtes du dictionnaire votre nouvel ami !

Vous ne pouvez pas apprendre le français sans utiliser un dictionnaire ! Mais si vous voulez stimuler votre apprentissage, vous n’avez qu’à augmenter la fréquence d’utilisation de votre dictionnaire. Prenez-le avec vous quand c’est possible, ouvrez-le et essayez de chercher les mots difficiles que vous trouvez sur le web, les livres ou même dans la rue.

Et n’oubliez pas de noter les nouveaux termes dans votre propre carnet pour augmenter les chances de mémorisation.

Conseil n°3 : communiquez avec les autres apprenants en français

La sociabilité est très importante en apprentissage. S’il était difficile dans les dix dernières années de trouver un groupe d’apprenants de français près de chez vous, ce problème ne se pose plus aujourd’hui. Vous avez la possibilité de vous connecter à plusieurs groupes d’apprenants de français à tout moment depuis votre ordinateur privé.

La communication en français est primordiale parce qu’elle vous aide à vous motiver, elle vous permet de vous auto-corriger et d’évaluer vos propres compétences.

Conseil n°4 : utilisez pleinement les nouvelles technologies pour apprendre le français

Vous avez une connexion internet et des appareils connectés, alors pourquoi ne pas les utiliser pleinement pour apprendre le français ?

Parfois, vous n’avez même pas besoin d’une connexion internet pour le faire. Il y a des outils de stockage de l’information écrite ou audiovisuelle pour l’utilisation privée hors-ligne.

Essayez de tirer le maximum de profit des nouvelles technologies telles que :

  • Les podcasts
  • Les films et les vidéos sur le web
  • Les téléphones mobiles
  • Les tablettes

Conseil n°5 : n’ayez pas peur de l’erreur

La peur de l’erreur peut freiner votre développement au cours de l’apprentissage du français. La plupart des apprenants n’essaient pas d’entrer en contact avec des Français pour pratiquer la langue par peur de l’erreur. Mais si vous n’admettez pas vos erreurs au départ pour les corriger par la suite, vous n’allez pas avancer.

On vous conseille même de commettre des erreurs parce que c’est la seule et la meilleure façon de les éviter dans le futur.

Le mind mapping pour organiser ses idées

Le Mind Mapping est un terme anglais inventé pour la première fois par l’auteur et consultant en éducation Tony Buzan. Ce terme représente une technique de présentation graphique des idées et des concepts, qui permet de faciliter leur organisation et leur compréhension.

Pourquoi le Mind Mapping ?    

Cette technique est mondialement connue pour son utilité et ses multiples avantages pour les professionnels, les entreprises et les individus. Elle peut être utilisée dans différents domaines grâce à son adaptabilité.

Si vous avez besoin de traiter un sujet simple ou complexe, le Mind Mapping est la meilleure technique à utiliser. Au lieu de passer par les étapes traditionnelles de rédaction simple des idées sous forme de texte que vous pouvez facilement oublier ou ne pas comprendre, cette technique vous permet de tracer un schéma arborescent centré sur une idée principale et de créer des liens logiques qui facilitent la description de l’idée et son explication.

Une grande efficacité et peu de mots

L’un des avantages de la technique Mind Mapping, c’est qu’elle permet d’expliquer l’essentiel et de résumer des pages et des pages en peu de mots.

Elle est efficace parce qu’elle repose sur des notions scientifiques qui permettent au cerveau de traiter une grande quantité d’informations en toute simplicité, facilitant ainsi l’assimilation et la mémorisation des données pendant une durée très courte par rapport à d’autres techniques traditionnelles.

Le Mind Mapping et les intelligences multiples

La liaison entre les idées en Mind Mapping peut être basée sur plusieurs éléments comme par exemple : la logique, les chiffres, le langage, les images, les sons…etc.

Et pour comprendre l’importance de ces derniers dans le processus d’organisation et de mémorisation des idées, on peut faire appel à la théorie des intelligences multiples qui explique l’existence de plusieurs types d’intelligences. Chaque personne possède une intelligence prédominante différente, et chaque intelligence se caractérise par des éléments uniques. C’est pour cela qu’il est très important de prendre en considération son type d’intelligence avant de commencer le travail avec la technique de Mind Mapping.

Prenons un exemple : si vous avez une intelligence linguistique prédominante, il est préférable d’utiliser des mots-clés ou des lettres qui vous permettent de mémoriser facilement le contenu que vous essayez de présenter. De cette façon, vous serez toujours capable de vous rappeler des idées, peu importe leur complexité, si vous choisissez bien les mots de liaison.

Cependant, si votre intelligence est logico-mathématique, il est préférable de choisir des liens logiques, des chiffres ou des équations mathématiques qui permettent de bien comprendre et en même temps de résumer des pages en un seul chiffre ou un petit groupe de variables. Les signes des opérations mathématiques basiques ont aussi une grande importance dans ce cas, et même les signes logiques.

Comment le Mind Mapping vous permet de changer votre vie ?  

La raison est très simple. Si vous avez des problèmes de productivité ou d’efficacité avec des difficultés de gestion de votre temps, vous pouvez toujours tester cette technique et voir comment votre vie va changer.

Ce n’est pas très difficile de voir que la plupart des gens mémorisent l’image et le contenu visuel en général beaucoup plus que le texte. C’est pour cela que les publicités par exemple sont toutes basées sur le visuel et n’utilisent que peu de mots !

Si vous utilisez le Mind Mapping dans votre vie quotidienne, vous allez vous habituer à traiter n’importe quel sujet dans un court laps de temps et sans faire beaucoup d’effort.

L’importance de la prise de notes en apprentissage

La prise de notes est une technique qui permet à l’apprenant de retranscrire n’importe quel type de cours (audio, audiovisuel, support…) sur le papier (ou sur la machine) en utilisant son propre langage et sa propre organisation.

Pourquoi la prise de notes est-elle nécessaire ?

On peut mener l’expérience suivante : on demande à deux apprenants d’assister à un cours présentiel, donnant au premier le droit de retranscrire le cours avant de passer l’examen, mais en l’interdisant à l’autre. Une petite comparaison des résultats des deux apprenants nous montre l’importance de la prise de notes et son effet sur la performance de l’apprenant.

En effet, la prise de notes permet au cerveau de consolider les connaissances dans la mémoire parce qu’il n’est plus un simple récepteur d’informations, au contraire, il contribue lui-même à la création du cours.

Les gens sont souvent plus performants lorsqu’ils sont impliqués dans l’activité, c’est-à-dire lorsqu’ils dépassent le rôle du simple observateur.

Quand et comment et prendre des notes ?

La prise de notes est une activité personnelle qui est propre à chaque apprenant. On ne peut pas dire que tout le monde prend ses notes de la même façon. Il y a ceux qui préfèrent réécrire le cours tel qu’il est reçu mot par mot, d’autres qui aiment plutôt la retranscription des mots-clés, comme il y a ceux qui préfèrent l’utilisation des schémas ou des cartes mentales (Mind Mapping).

Chaque apprenant peut choisir le mode de prise de notes qui lui convient le plus en fonction de ses capacités, de son type d’intelligence et de son temps.

Dans le cas où la prise de notes est faite sous la pression du temps (durant un cours ou une conférence par exemple), l’utilisation des abréviations pendant la retranscription peut être le seul moyen d’économiser le temps.

Il est plus préférable que la prise de notes soit effectuée directement après la lecture ou l’écoute d’une certaine quantité d’informations. Cela permet de donner au cerveau le temps de structurer et de mémoriser les nouvelles informations dans la mémoire à court terme. Et bien sûr, la retranscription permet de les mémoriser dans la mémoire à long terme pour un usage plus efficace.

La prise de notes et la technologie

Afin de prendre des notes, on peut soit utiliser un stylo et une feuille, soit utiliser un appareil mobile. Il existe plusieurs applications mobiles et logiciels permettant de faciliter la prise de notes, mais cela revient au même problème du départ (les notes appartiennent à la machine cette fois-ci). Le plus efficace, c’est la prise de notes manuelle parce qu’elle fait davantage fonctionner le cerveau humain.

Même si la machine nous permet d’économiser le temps et l’espace de stockage des données, elle ne peut jamais faire le travail de notre cerveau. On risque donc de ne pas avoir le résultat souhaité. La solution est de reprendre vos prises de notes dans la plateforme d’apprentissage en ligne Nuppio Learn par exemple pour pouvoir les centraliser et les retrouver ultérieurement.

Dans quelles formes peuvent se présenter les formations en ligne ?

Aujourd’hui, il existe différents moyens de se former et cela peut se traduire sous plusieurs formes. L’e-learning et les formations sont devenu un moyen de se former de manière engageante, motivante et ludique. Découvrez ici les différentes formes que les formations en ligne peuvent prendre.

Les Serious Game

Les Serious Game ont pour objectif de faire passer un message de manière attractive et engageante. Les messages peuvent aborder différents sujets, le plus important est de conserver cet aspect ludique.

Le but des Serious Game est de sensibiliser les apprenants en leur apprenant quelque chose tout en suscitant leur intérêt au travers de différentes formes de divertissement.

Ce concept a été principalement extrait des jeux vidéo et s’est ensuite décliné sous plusieurs formats. Aujourd’hui, on peut retrouver les Serious Game sur Internet, Smartphone, PC et consoles de jeux vidéo.

Le Social Learning

Le social learning, c’est le fait d’apprendre en communauté. Comme son nom l’indique, le côté « social » est l’élément le plus important. Le social learning se fait au travers de réseaux sociaux, applications mobiles ou encore forums. Cela consiste à apprendre en groupe et à échanger afin d’évoluer de manière collective. Cette forme de formation permet de garder une motivation intacte des apprenants.

Le mobile learning

C’est le format le plus en vogue en ce moment. De plus en plus de personnes se forment grâce aux applications mobile. L’avantage des formations mobiles, c’est qu’elles regroupent tout un tas de fonctionnalités et formats différents. Celles-ci utilisent le social learning, les serious game, les vidéos, le micro learning et pleins d’autres formats !

La vidéo

Le format vidéo est l’un des formats qui fonctionne le plus. On ne compte plus le nombre de sites Internet proposant des vidéos ayant pour objectif d’apprendre et de se former. Youtube, pour ne citer que lui regroupe des millions de vidéos aidant les personnes à se former de manière autodidacte.

La réalité virtuelle

La réalité virtuelle est un sujet en plein développement. Généralement utilisée pour les jeux vidéo, cette technologie prend de plus en plus de place dans la formation. D’ici quelques temps, ce format deviendra de plus en plus important au sein de la formation.

Les Massive Open Online Courses (MOOC)

Les MOOC sont des formats de cours et formation à distance ouverts à tous. Ce format permet de proposer des formations à grande échelle, mais permet aussi de créer une communauté d’apprenants. Les universités sont les structures qui utilisent le plus souvent ces formats-là.

Comment évaluer son dispositif de formation en ligne ?

Il existe plusieurs solutions afin de partager ses formations en ligne. Cela peut se faire au travers d’un forum, réseau social, site internet ou un LMS, etc. Dans tous les cas, il est nécessaire d’avoir un moyen qui permettra d’évaluer son dispositif de formation en ligne.

Comment alors, évaluer son dispositif de formation en ligne ?

Disons la vérité, il est assez compliqué d’avoir un suivi autour d’un dispositif de formation en ligne quand nous abordons les outils tels que les réseaux sociaux, forums et sites internet. Il est presque impossible de comprendre de manière concrète si notre dispositif et nos formations marchent réellement. Comment alors mesurer tout cela ?

L’utilisation d’un learning management system est la solution la plus adaptée afin de répondre à cette problématique. En effet, il est possible grâce à diverses fonctionnalités, mais plus précisément grâce à des APIs, de suivre et évaluer son dispositif de formation en ligne. Pour avoir une meilleure visibilité et compréhension du sujet, nous allons nous servir de la plateforme Nuppio Learn comme exemple.

Notre plateforme d’apprentissage permet de digitaliser des cours et formations sous plusieurs formats (PDF, image, vidéo, etc.). Nous offrons la possibilité de gamifier ces formations au travers de plusieurs fonctionnalités (quiz, badges de réussite, certifications, etc.). Tous éléments cités précédemment (de manière générale sans entrer dans les détails) sont reliés entre eux.

Grâce à cela, nous pouvons exposer grâce à une API, évaluer et comprendre le fonctionnement de notre dispositif de formation en ligne. En effet, nous pouvons avoir accès à plusieurs informations concrètes et précises comme par exemple :

–       Le temps qu’a passé l’apprenant sur la plateforme d’apprentissage

–       Le temps qu’a passé l’apprenant à se former sur un sujet en particulier

–       Les résultats de l’apprenant aux tests qu’il a terminés

–       Le nombre de connexions de l’apprenant sur une durée déterminée

–       Le nombre de fois qu’une formation a été consultée

–       Les formations les plus consultées

–       Et d’autres indicateurs…

Grâce à cet écosystème, il est possible de connaître quelles formations suscitent le plus d’intérêt et d’engagement auprès des apprenants, quelle place occupe la formation dans la vie de l’apprenant, quelles sont ses réussites, échecs, axes d’améliorations à prévoir, etc.

De manière générale, vous avez une vision sur tout. Il vous est alors possible de structurer, modifier, faire évoluer votre dispositif de formation en ligne en analysant ce qui marche et ce qui ne marche pas.

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il faudra sans doute faire évoluer votre dispositif de manière fréquente en fonction des résultats. La bonne nouvelle, c’est que Nuppio Learn met à votre disposition, grâce à toutes ses fonctionnalités, un écosystème adaptif pour réussir à proposer un bon dispositif de formation en ligne et à le faire évoluer !

Comment personnaliser l’apprentissage en ligne ?

L’apprentissage se fait à tout endroit et à tout moment. Que cela soit par nos beaux livres ou encore un e-book, une vidéo, un smartphone ou un site LMS, il est possible d’apprendre partout. L’apprentissage en ligne est devenu aujourd’hui la tendance n°1. Néanmoins, l’apprentissage peut s’avérer être difficile surtout s’il n’engage pas l’apprenant.

Plusieurs études montrent que la baisse de motivation de l’apprenant est dû à plusieurs éléments comme par exemple, le manque d’interaction dans l’apprentissage, le manque de reconnaissance, et le manque d’accompagnement.

Le manque d’accompagnement peut se traduire par de nombreux facteurs. Tout d’abord, l’apprenant est face à son dispositif d’apprentissage en ligne, mais celui-ci est seul. C’est-à-dire qu’à l’inverse d’un mode d’apprentissage en présentiel, il n’aura pas de professeur pour l’accompagner. Ensuite, l’apprenant est un apprenant parmi tant d’autres. Que cela signifie-t-il ? Il est reconnu comme un apprenant basique à qui on proposera du contenu basique. Or, si l’on souhaite engager l’apprenant dans son apprentissage, il faut lui faire ressentir cette individualité, le fait qu’il soit une seule et unique personne différente des autres.

Comment alors ? Tout simplement en lui proposant du contenu adapté à ses besoins. C’est là que le travail d’accompagnement fait son effet, car analyser ce qu’il apprend, lui conseiller du contenu en conséquence et le guider vers des ressources pédagogiques bien précises auront un impact sur sa progression et son ressenti.

C’est là une première étape afin de personnaliser l’apprentissage en ligne.

La seconde étape consiste à répondre à la problématique du manque d’interaction. Cela devient parfois compliqué d’apprendre derrière son écran, de lire et de ne rien faire d’autre. Pour remédier à cela, il faut impliquer l’apprenant ! Structurez votre cours ou votre formation en y intégrant des questionnaires, des quiz, des tests, tout un tas de choses afin qu’il s’évalue et interagit avec votre cours !

La dernière étape consiste à « reconnaître » l’apprenant. C’est-à-dire, reconnaître sa réussite, le féliciter, le récompenser. Il faut alors penser à plusieurs éléments. Pourquoi ne pas lui donner une certification ? En mentionnant son nom, prénom, le domaine dans lequel il a réussi ? Ou même un élément qui le différenciera des autres ? Comme un badge ou du contenu bonus ?

Il faut penser à lui faire ressentir cette réussite et le rendre être fier car celle-ci est reconnue !

Ces étapes mentionnées plus haut permettent de personnaliser l’apprentissage en ligne. Bien sûr, il existe d’autres moyens, mais les plus importants ont été cités.

Au travers de notre plateforme d’apprentissage, nous avons mis en place tous ces éléments qui permettent justement de personnaliser l’apprentissage en ligne de chaque apprenant.